Clémentine Bart

Clémentine Bart est formée au Jeune Ballet Atlantique de La Rochelle entre 2007 et 2009.
Elle travaille ensuite un très court temps à l’IFPRO Rick Odums à Paris, où elle intègre les Jeunes Ballets Jazz et Modern de l’école.
À 20 ans, elle passe sa première audition et obtient un contrat au sein du Ballet Preljocaj. Elle quitte la formation après quelques mois, les tournées internationales s’enchaînent et elle peut dès lors toucher au plaisir du voyage à travers ce métier, qui ne la quittera plus. Elle danse pour la Compagnie Preljocaj en 2010 et 2011 dans des pays comme la Chine, le Liban, les Canaries, la France…
En 2011, elle intègre le Ballet Junior de Genève et travaille avec plusieurs chorégraphes contemporains de renommée internationale tels que Barack Marshall, Idan Sharabi (Los Angeles et Israël), Alexander Eckman, Stijn Celis (Allemagne), Ken Ossola, Guilherme Botelho, Cindy Van Acker, Gilles Jobin (Suisse) et touche au répertoire de Sidi Larbi Cherkaoui, Gustavo Ramirez Sansano (Espagne) et bien d’autres…
Elle travaille par la suite pour différentes compagnies comme la Volcan Dance Company – chorégraphe Antoine Audras – en Suède, la Compagnie Chiroptera dirigée par le chorégraphe John Bateman (France) et intègre également des compagnies se produisant dans les festivals de rue comme Tango Sumo (Angleterre, Allemagne, France, Hollande…) ou Willi Dorner (Suisse).
Sa vie s’articule à présent autour de voyages, pour et entre les contrats, où les rencontres se multiplient et à travers lesquelles la création s’impose de plus en plus.
En 2017, sa dernière création du solo La violence des riches est née de rencontres simples de personnes vivant dans la rue, de SDF à La Rochelle, à Paris et à Strasbourg.
En 2018, elle rejoint en tant qu’interprète la Compagnie Perrine Gabrielsen pour la pièce Fenêtre sur femmes.